Publié le 13/05/2020 à 07:45 / Béatrice Dupin

Apiculture

L’observatoire des mortalités et des affaiblissements de l’abeille mellifère (OMAA), est un dispositif de l’État, déployé à ce jour dans trois régions pilotes : Bretagne, Pays de Loire et Auvergne-Rhône-Alpes. Le bilan après une année de mise en place.

Un observatoire des mortalités et affaiblissements de l’abeille mellifère

En Auvergne-Rhône-Alpes, l'observatoire des mortalités et des affaiblissements de l'abeille mellifère a été mis en place dès le printemps 2019.
Sylvie Pupulin, cheffe de pôle coordination et adjointe au chef du service régional de l'alimentation (Sral), rappelle les objectifs de cet observatoire : « il s'agit d'un dispositif de collecte de données permettant de mieux comprendre les affaiblissements et mortalités dans la filière apicole ainsi que d'alerter les pouvoirs publics en cas d'augmentation de ces phénomènes sur un territoire donné ». Il s'agit donc, quel que soit le trouble de santé observé, de le déclarer le plus rapidement possible après constat, en appelant le numéro unique mis à disposition (04 13 33 08 08). L'appel est alors orienté vers les services compétents : la direction départementale de le protection des populations (DDPP) en cas de suspicion de danger sanitaire de 1re catégorie (DS1) ; le service régional de l'alimentation (Sral) pour une suspicion de mortalité massive liée à une intoxication (MMA) ; ou vers un vétérinaire ayant des compétences apicoles pour toutes les autres suspicions (3V).
Une visite peut être proposée si le cas le justifie, afin d'investiguer davantage le trouble.
Quels résultats pour 2019 ?
200 déclarations ont été enregistrées dans le cadre de la première année de lancement du dispositif, couvrant l'ensemble des départements du territoire régional. 134 ont fait l'objet d'une visite au rucher (voir tableau 1). Plusieurs causes des troubles observés ont été mises en évidence. Varroa (67 cas), la famine (36 cas) ainsi que la loque américaine (34 cas) ont été les principaux stress identifiés au cours de l'année 2019 (voir graphique 2). Des conclusions importantes ont ainsi été mises en lumière par Mannaïg de Kersauzon, vétérinaire et coordinatrice OMAA, en particulier concernant les investigations portées sur les cas relevant de la 3e voie (3V) :
- des apiculteurs, encore trop nombreux, ne luttent pas contre varroa (7 % des cas déclarés) ;
- les mesures de lutte appliquées sont globalement réduites chez les possesseurs de moins de 10 ruches comparés aux autres ;
- le recours à des produits acaricides sans AMM concerne majoritairement les apiculteurs de plus de 20 ruches, en particulier du fait de l'utilisation encore très répandue d'acide oxalique officinal.
En 2020, un bulletin mensuel et des informations concernant les zones réglementées autour des foyers de DS1 seront mis à disposition sur le site internet de la Draaf 

Mots clés : APICULTURE OBSERVATOIRE DES MORTALITÉS ET DES AFFAIBLISSEMENTS DES COLONIES D'ABEILLES DRAAF AURA ABEILLE MELLIFÈRE