Publié le 14/03/2019 à 05:00 / Christophe Ledoux

Faits divers

Après l'agression d'un céréalier de l'Ain par un de ses voisins, la profession agricole s'inquiète de la montée des tensions.

L'agriculteur a été aux urgences pour faire constater ses blessures et a porté plainte contre son voisin violent avec qui il avait déjà eu des altercations.

Le 3 mars, Jérôme Arrambourg, céréalier à Saint-Maurice-de-Gourdans (Ain), a été agressé alors qu'il appliquait du désherbant dans sa parcelle. L'individu qu'il désigne comme son agresseur a d'abord commencé à le filmer, avant de lui poser des questions puis enfin de l'agresser physiquement en lui assenant « une dizaine de coups-de-poing », rapportent nos confrères de l'Ain agricole. L'agriculteur a par la suite été aux urgences pour faire constater ses blessures et a porté plainte contre son voisin violent avec qui il avait déjà eu des altercations.
Suite à cette agression, le monde agricole s'est mobilisé pour la dénoncer. La chambre d'agriculture de l'Ain, qui envisage de se porter partie civile, parle d'un « conflit de voisinage ». « Tous deux avaient eu une dispute en novembre : voyant l'agriculteur travailler dans son champ, le voisin s'est inquiété pour ses chiens », explique le président, Michel Joux. Dans un tweet du 6 mars, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a apporté son soutien au céréalier molesté et a qualifié cet acte « d'agression sauvage et inacceptable ». Dans un communiqué du 7 mars, l'AGPB (association des producteurs de blé) juge cette agression « symptomatique des profondes tensions présentes entre le monde agricole et les consommateurs ». Son président, Éric Thirouin, a exprimé toute sa solidarité à Jérôme Arrambourg. Les responsables professionnels jugent qu'il est nécessaire de renouer le lien entre agriculteurs et consommateurs et de lutter contre l'agribashing pour éviter que ce genre de comportement ne se reproduise.

Mots clés : AGRIBASHING AGRESSION CÉRÉALIER AIN