Publié le 18/01/2019 à 06:00 / Christophe Ledoux

Phytosanitaire

Le tribunal administratif de Lyon a annulé, dans un jugement du 15 janvier, l'autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360, un herbicide à base de glyphosate commercialisé par Monsanto.

Roundup Pro 360

Le tribunal administratif de Lyon a annulé, dans un jugement du 15 janvier, l'autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360, un herbicide à base de glyphosate commercialisé par Monsanto. Pour les juges, l'Anses a méconnu «le principe de précaution», en décidant ce renouvellement en mars 2017. Le tribunal estime en effet que, «malgré l'approbation de la substance active par l'Union Européenne», ce produit est «potentiellement cancérigène pour l'homme», et «suspecté d'être toxique pour la reproduction humaine et pour les organismes aquatiques». Se basant sur les travaux du Centre international de recherche sur le cancer (Circ), il en déduit que «l'utilisation du Roundup Pro 360 porte une atteinte à l'environnement susceptible de nuire de manière grave à la santé humaine». La justice avait été saisie par le Comité de recherche et d'information indépendante sur le génie génétique (Criigen) en mai 2017. «La décision est à effet immédiat», a réagi l'Anses dans un communiqué de presse le jour même. Dans le secteur agricole, la décision devrait avoir une portée faible, les agriculteurs ayant accès à d'autres produits à base de glyphosate et privilégiant généralement des produits plus génériques que ceux de marque Round-up, explique-t-on aux chambres d'agriculture.

 

Roundup Pro 360 /

L'Anses conteste «toute erreur d'appréciation»

Dans un communiqué du 17 janvier, l'Anses conteste « toute erreur d'appréciation » dans l'homologation du Roundup Pro 360, après le jugement du tribunal administratif de Lyon du 15 janvier, retirant de la vente cet herbicide à base de glyphosate au nom du « principe de précaution » qu'aurait « méconnu» l'agence ". « L'Anses applique chaque jour le principe de précaution par une évaluation des risques rigoureuse, mise en oeuvre par des comités d'experts scientifiques indépendants », se défend l'agence, qui précise avoir retiré les autorisations de mise sur le marché de 126 produits à base de glyphosate contenant un co-formulant potentiellement génotoxique.« L'Anses réévalue actuellement l'ensemble des produits à base de glyphosate commercialisés en France, et est pleinement engagée dans l'évaluation des alternatives à l'usage du glyphosate », ajoute-elle.
Mots clés : ROUNDUP PRO 360