Publié le 16/12/2018 à 06:00 / Béatrice Dupin

Oléiculture

Originaire de la Drôme, Nicolas Netien, 39 ans, ingénieur biologiste de formation, a planté 6 000 oliviers dans une région désertique de Chypre, au sud de Nicosie. Il produit une huile aux vertus médicinales très riche en polyphénols et oléocanthal, la plus chère au monde, qu’il commercialise aux Etats-Unis et en Russie. Atsas Farm est un modèle d’agroécologie et d’inventivité.

De 2015 à 2018, en zone semi-désertique, Nicolas Netien a planté 6 000 oliviers. De nouvelles plantations sont prévues en 2019.

Dans la région d'Evrychou et de Petra villages, les terres labourées en profondeur sur les collines ont laissé place à de longues traces dans le sol. D'interminables routes sinueuses dessinent des rubans au-dessus des plaines et des pentes. Depuis plusieurs années, une sècheresse persistante et une canicule récurrente frappent cette région qui, autrefois, était beaucoup plus humide. Polo gris et blanc et bermuda beige, les mains nues, bottes aux pieds, Nicolas Netien semble insensible à la chaleur. La température en ce mois de mai est exceptionnellement élevée dans la matinée : 36 °C. Dans ce décor de bout du monde, semi-désertique, au sud de Nicosie sur l'île de Chypre, le jeune oléiculteur, originaire de La Bégude-de-Mazenc, parcourt ses oliviers alignés sur plus de 70 hectares (ha). « J'ai développé un système d'irrigation pour une centaine d'arbres par station, explique-t-il. Je multiplie les expériences et je teste de nouvelles pratiques agricoles. Mon exploitation se veut un site expérimental sur le plan agroécologique. Je dois tenir compte de la faiblesse de la pluviométrie. » Selon Nicolas Netien, l'île de Chypre a perdu 17 % de pluviométrie en vingt ans. « Le désert avance lentement, constate-t-il. L'année 2018 est très sèche. Ici, je suis installé au pied d'une colline, ce qui me permet de récupérer l'eau de pluie de ruissellement. »

Un spécialiste des sols

Arrivé sur l'île de Chypre en 2013, Nicolas Netien avait pour projet de créer une exploitation spécialisée, avec une approche agroécologique et sur une région impactée par la sècheresse. Cet ingénieur, qui a passé une partie de son enfance au Maroc, a suivi des études supérieures de sciences de l'environnement et de biologie des sols en Australie et en Nouvelle-Zélande. Passionné des sols et des terres arides, il a travaillé en Jordanie sur un projet de revitalisation des zones désertiques et salées. Quelques années plus tard, de retour en Drôme, il a intégré la communauté de communes du pays de Dieulefit pour accompagner des porteurs de projets.

Un défi de taille

A Chypre, il fait une rencontre inespérée avec un propriétaire chypriote. Ce dernier possède plusieurs dizaines d'hectares dans la zone démilitarisée gérée par les Nations unies à proximité de la ligne de démarcation. En effet, depuis 1974, la Turquie occupe la partie nord de Chypre, soit un tiers du territoire. Séduit par le projet de Nicolas Netien, le propriétaire chypriote lui cède 30 ha de terres en gérance et lui vend 45 ha sur la zone gérée par les Nations unies. Le défi du jeune ingénieur est de taille.
De 2015 à 2018, en zone semi-désertique, il plante 6 000 oliviers. De nouvelles plantations sont prévues en 2019 (2 000 oliviers). Le manque d'eau restant la principale préoccupation, Nicolas Netien crée une retenue de 17 000 m3 au pied d'une colline. « J'ai préparé ce lac collinaire pour récupérer les eaux de ruissellement des collines rocailleuses, explique-t-il. Le taux de ruissellement est élevé car les pluies ont changé de nature. Elles sont plus fortes et plus courtes. » Parlant sur un ton posé et calme, il s'assied au bord du petit lac et ajoute : « Ce lac, c'est mon oasis. »

Une huile de haute qualité aux vertus médicinales

Nicolas Netien produit une huile d'olive particulière, à usage médical. « La récolte a lieu très tôt, au mois de septembre, indique-t-il. Les olives sont ramassées à la main et pressées dans la demi-heure. L'huile n'est pas filtrée. L'extraction se fait en douceur à froid. J'utilise une presse spéciale que j'ai conçue avec l'aide de techniciens. Elle sera prochainement brevetée. C'est une méthode de pressage anaérobie, sans oxygène. Je recherche un maximum de polyphénols - qui possèdent des vertus médicinales - et un taux élevé en oléocanthal, un composé aux propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. »
La qualité de son huile d'olive lui a valu, cette année, trois médailles d'or au prix Aristoleo Awards. Son huile précieuse est vendue plus chère que l'huile classique : 100 euros le litre. Il la commercialise aux Etats-Unis, au Canada et démarche aussi le marché russe. La production représente environ 4 500 litres cette année. A terme, il atteindra 30 à 40 tonnes.
Nicolas Netien a introduit d'importants changements dans sa manière de transformer l'huile d'olive et dans ses pratiques culturales. Fait remarquable : il a l'ambition d'être un modèle de recherche aux résiliences climatiques. Il pratique la couverture des sols avec des légumineuses locales. Il a aussi créé son propre centre de formation, agréé par le ministère du travail chypriote, dans le but de lutter contre l'exode rural et de développer une agriculture à forte valeur ajoutée. 
Pierre-Louis Berger

Mots clés : OLÉICULTURE HUILE D'OLIVE CHYPRE NICOLAS NETIEN