Publié le 06/12/2018 à 06:00 / Christophe Ledoux

Organisation agricole

C'est une session bien particulière que vient de tenir la chambre d'agriculture de la Drôme puisqu'il s'agissait de la dernière de la mandature et de l'ultime pour la présidente Anne-Claire Vial.

Pour sa dernière session en tant que présidente de la chambre d'agriculture, Anne-Claire Vial a reçu des applaudissements nourris de la part des élus et personnels ainsi que des personnalités présentes.
© journal L'Agriculture Drômoise

Les élus de la chambre d'agriculture de la Drôme se sont retrouvés à Bourg-lès-Valence le 30 novembre pour leur session d'automne, sous la présidence d'Anne-Claire Vial et en présence, notamment, du préfet de la Drôme Eric Spitz, du vice-président du conseil général chargé de l'agriculture André Gilles, ainsi que de responsables de services de l'Etat (DDT*, DDPP**...), de collectivités territoriales et d'organisations agricoles. Parmi les points à l'ordre du jour, figuraient l'adoption du budget primitif pour 2019 (8,9 millions d'euros) ainsi que l'engagement de la chambre d'agriculture dans la fourniture de services en lien avec la révolution numérique (à lire dans notre prochaine édition).
Mais le fait marquant de cette session restera le bilan d'une mandature de six ans qui s'achèvera en février prochain avec l'installation de la nouvelle chambre d'agriculture, suite au scrutin de janvier. Après six années à la tête de la compagnie consulaire, « je ne me représenterai pas à la présidence », a annoncé Anne-Claire Vial.

« Le verre à moitié plein »

A la tribune de la session chambre d'agriculture, Pierre Combat et Jean-Pierre Royannez (vice-présidents), Eric Spitz (préfet) et Damien Colin (directeur) saluant l'action d'Anne-Claire Vial (présidente) au terme d'une mandature de six ans.
© journal L'Agriculture Drômoise

Lors de son discours, la présidente a d'abord tenu à remercier les élus et collaborateurs de la chambre d'agriculture pour leur engagement depuis 2013. « Le cap budgétaire a été tenu tout comme la feuille de route fixée en début de mandature », a-t-elle fait remarquer. Elle a aussi remercié les membres du conseil de l'agriculture départemental (Cad) pour leurs expertises, le Département et l'ensemble des collectivités territoriales pour leurs soutiens, ainsi que le préfet, les sous-préfets et le secrétaire général de la préfecture pour leur attention respective envers les problématiques agricoles. D'autres remerciements ont été adressés nominativement à des responsables d'administrations : Dominique Chatillon et Basile Garcia (DDT), Bertrand Toulouse (DDPP).
« Avec les membres du bureau de la chambre d'agriculture, nous avons toujours regardé le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide », a ensuite confié Anne-Claire Vial. Résolument tournée vers l'avenir, elle a mis l'accent sur des opportunités qui s'offrent à l'agriculture. « Nous sommes dans un marché européen le plus solvable au monde et attractif, a-t-elle affirmé. Et les demandes sociétales en matière de qualité et de traçabilité sont une chance pour que l'agriculture française prenne le dessus dans un monde ouvert et concurrentiel. » La présidente a également évoqué de possibles nouveaux marchés, notamment pour fournir l'Afrique en céréales eu égard à l'accroissement démographique de ce continent.

« Hybridation et résilience »

Pour sa dernière session en tant que présidente de la chambre d'agriculture, Anne-Claire Vial a reçu des applaudissements nourris de la part des élus et personnels ainsi que des personnalités présentes.
© journal L'Agriculture Drômoise

Aujourd'hui, « le métier d'agriculteur focalise des attentes considérables. Aussi, avons-nous besoin d'hybridation dans les systèmes (circuits courts et longs, modes bio et conventionnel, vente en local et à l'export, productions nourricières et énergétiques...), a ajouté Anne-Claire Vial. Elle a appelé à travailler sur la « résilience des exploitations » et leur capacité à répondre aux attentes sociétales, sans toutefois perdre « l'identité agricole ».
Par ailleurs, sur fond d'actualité dominée par le mouvement des « gilets jaunes », Anne-Claire Vial a tenu à rappeler l'importance des corps intermédiaires (syndicats, partis politiques...) dans une démocratie. De plus, elle a dénoncé les attaques incessantes envers l'agriculture française, citant deux exemples récents : Greenpeace et sa carte des fermes usines ; la plateforme glyphosate mis en œuvre par l'Etat. « Ce sont des actions inadmissibles », a-t-elle considéré.
En fin de réunion, Jean-Pierre Royannez a salué la qualité de « visionnaire » d'Anne-Claire Vial, ainsi que sa « rigueur » et son « autorité » pour prendre « les bonnes directions » et « hisser la chambre d'agriculture ». Le préfet, lui, a salué chez Anne-Claire Vial son « rôle de négociatrice dans l'intérêt de la profession agricole » et sa « hauteur de vue », avant de conclure : « Vous êtes une grande dame ». Toute la salle s'est alors levée et a applaudi la présidente.

Christophe Ledoux

* DDT : direction départementale des territoires.
** DDPP : direction départementale des populations.

 

Bilan / Pour leur dernière session avant les prochaines élections, l'exécutif de la chambre d'agriculture a fait le bilan de ses six années de mandature.

2013-2018 : des ambitions et des résultats

En 2013, la majorité en place à la chambre d'agriculture s'était fixée cinq ambitions. Alors que la mandature s'achève, plusieurs élus membres du bureau ont fait le bilan des actions menées. Concernant le développement de l'appui aux chefs d'entreprise, Paul Despesse a notamment évoqué l'activité des Points accueil installation (PAI) et transmission (PAT). Au total, 400 projets d'installation et 50 de cessations d'activité ont été accompagnés. « Nous nous sommes attachés à porter des projets économiquement viables », a-t-il indiqué. Il a aussi parlé de la centaine de sessions de formation proposée chaque année aux exploitants et salariés agricoles. De son côté, Sandrine Roussin a évoqué Bienvenue à la ferme. « La Drôme a le réseau le plus fourni de la région », a-t-elle fait remarquer.
« Conserver et développer une expertise filières »
En matière d'accompagnement et de développement économique, Jean-Pierre Royannez a mis l'accent sur les projets alimentaires et territoriaux, les huit comités d'action et de projets (Cap) ou encore les multiples partenariats engagés avec les collectivités locales. Il a aussi évoqué l'accompagnement apporté en matière de « diagnostics énergie », de « projets bâtiments », de demandes de subventions... « Nous avons eu la volonté de conserver et développer une expertise filières, de promouvoir l'agronomie », a-t-il indiqué.
Une autre des cinq ambitions de la mandature concernait la promotion d'une agronomie alliant performance économique et écologique. Sur ce point, Serge Bon a cité les actions en faveur de l'agroécologie, le réseau des fermes Dephy, le développement de l'agriculture de précision, les bulletins Zoom. En matière d'irrigation, et compte tenu du changement climatique, il a souhaité que l'Etat et les collectivités accompagnent davantage le stockage de l'eau. Corinne Deygas a, elle, évoqué les actions portant sur l'économie d'eau, la signature d'accords-cadres sur l'eau (plus de 200 exploitations concernées). « Il faut que les efforts des agriculteurs soient reconnus », a-t-elle noté.
Les changements de pratiques accompagnés
A la dernière session de la chambre d'agriculture, un large moment a été consacré au bilan des actions menées depuis 2013.
© journal L'Agriculture Drômoise
Encourager l'innovation et le transfert des connaissances a constitué une autre des ambitions de cette mandature. « Nous avons accompagné les changements de pratiques et l'expérimentation », a souligné Frédéric Lérat. Il a notamment cité les Innov'actions ainsi que la montée en puissance du Tech&Bio. Ce salon, créé par la chambre d'agriculture de la Drôme, fait la « fierté de notre département, a dit Michel Baude. Il faut le faire perdurer. »
Enfin, en matière d'aménagement du territoire, Pierre Combat a mis l'accent sur la préservation du foncier agricole. « Tout au long de la mandature, nous avons travaillé pour cela », a-t-il indiqué. Plus de 300 procédures d'urbanisme ont été suivies et 227 ont donné lieu à un courrier d'avis ou de remarques. Quant aux protocoles d'indemnisation, « ils ont représenté un million d'euros d'indemnités », a-t-il fait remarqué. Didier Beynet a, lui, évoqué les programmes d'agroforesterie et de développement de la biodiversité avec la plateforme Tab*, les conventions avec la LPO** et les chasseurs... Il a également fait un point sur la prédation des élevages. « En France depuis le début de l'année, ont été recensés 3 385 attaques de loups (150 en Drôme) et 11 607 animaux prédatés (400 en Drôme), a-t-il indiqué. C'est une situation terrible pour l'élevage. » Une nouvelle fois, Anne-Claire Vial a appelé les élus à agir vite, citant en exemple la sénatrice drômoise Marie-Pierre Monier. Le 23 novembre, elle a écrit à François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, pour lui demander que la France vote en faveur d'un amendement porté par la Suisse lors du comité permanent de la convention de Berne, fin novembre à Strasbourg. Un amendement qui propose un transfert du loup de l'annexe II « espèces de faune strictement protégées » à l'annexe III
« espèces de faune protégées » de la convention.
C. Ledoux
* Tab : techniques alternatives et bio.
** LPO : ligue pour la protection des oiseaux.
Mots clés : ANNE-CLAIRE VIAL CHAMBRE D'AGRICULTURE DRÔME SESSION CHAMBRE D'AGRICLTURE DE LA DRÔME