Publié le 02/05/2019 à 06:00 / Christophe Ledoux

Agroalimentaire

Bernard Royal Dauphiné a inauguré l'atelier de découpe agrandi et automatisé de son site de Grâne. L'occasion de mettre en avant la performance d'une société ayant fait le pari de la régionalisation de l'offre depuis 2005 et l'importance de la filière avicole drômoise.

Entre novembre 2016 et février 2018, onze millions d'euros ont été investis pour agrandir l'atelier découpe de 2 500 m², mettre au point une chaîne automatisée, améliorer l'organisation globale du travail et les locaux sociaux.

Le 25 avril, jour d'inauguration, les familles des salariés de Bernard Royal Dauphiné (BRD) et des éleveurs de Valsoleil n'ont pas manqué l'occasion de visiter le nouvel atelier de découpe automatisé réservé au poulet standard où quelques filets permettaient de montrer les performances des robots. Jean-Luc Alnet, directeur de BRD, Olivier Chaillou, président de Terrena (voir encadré), et Jean-Yves Ménard, président de BRD, ont rappelé l'importance de l'investissement financier réalisé à Grâne. Entre novembre 2016 et février 2018, 11 millions d'euros ont été investis pour agrandir l'atelier découpe de 2500 m², mettre au point une chaîne automatisée, améliorer l'organisation globale du travail et les locaux sociaux. La Région a apporté une aide de 500 000 euros.
60 % du montant des travaux ont été réalisés par des entreprises locales, tandis que le process industriel a été confié à des spécialistes néerlandais et espagnols. Une réflexion a également été engagée sur la protection de l'environnement. Pour produire du froid, il est fait appel à du CO2 compressé. La consommation d'électricité peut ainsi être réduite de 25 %.

Se préparer pour demain

Les élus présents - Marie-Pierre Mouton, Nicolas Daragon, Célia de Lavergne - ont salué les efforts réalisés par BRD et souligné les aides que le Département et la Région peuvent apporter à la filière avicole drômoise.

Avec cette inauguration Jean-Luc Alnet a pu savourer la réussite de l'implication de ses équipes dans une modernisation qui doit permettre à BRD de faire face aux évolutions du marché ces quinze prochaines années. En rendant hommage à la coopérative Valsoleil et aux éleveurs de la Drôme, partenaires engagés à ses côtés depuis 2003, il a rappelé les objectifs : développer la production locale et améliorer les performances pour satisfaire les demandes des consommateurs du grand Sud-Est. « Nous devons faire progresser notre production pour répondre à des préoccupations diverses, dont le bien-être animal, et proposer un éventail de produits accessibles à nos clients. »
Le directeur de BRD a remercié ses collaborateurs de Grâne, mais aussi les services du département et de la commune, et bien sûr à Terrena d'avoir cru au projet drômois et soutenu l'investissement. Olivier Chaillou, président du groupe coopératif, a salué ce travail engagé dans la Drôme et s'est félicité des meilleures relations au sein de la filière, même si la répartition de la valeur en son sein n'est pas encore parfaite. « Terrena n'investit pas qu'ici pour lutter contre les importations de viande de volaille. Un plan de développement sur cinq ans doit débuter à la fin de l'été. » Il a insisté aussi sur la nécessité soutenir la production régionale pour « donner aux consommateurs le choix de produits de qualité à un juste prix ».

Reconquérir le marché intérieur

Les familles des salariés de Bernard Royal Dauphiné (BRD) et des éleveurs de Valsoleil n'ont pas manqué l'inauguration.

Jean-Yves Ménard a fait un peu d'histoire, précisant que depuis 2010 BRD avait investi en totalité près de 17 millions d'euros sur son outil de production. « Depuis 2006, j'ai cru à ce projet de régionalisation de l'offre. La filière drômoise a su relever le défi dans une région où l'élevage tend à disparaître. L'interprofession répond aux demandes des clients et aux attentes de plus en plus nombreuses mais l'État doit nous aider en clarifiant les règles du jeu. Nous devons reconquérir notre marché intérieur, alors que quatre poulets sur dix consommés en France sont importés. » Le président de BRD a souhaité bon vent à la filière drômoise qui s'est engagée dans cette reconquête des marchés et a gagné en efficacité en investissant.
Quant à Christian Veyrier, président de Valsoleil, il s'est félicité que les investissements de BRD contribuent à ce que la Drôme reprenne sa place de leader dans le Sud-Est. « Un partenariat franc sur toute notre chaîne humaine contribue à améliorer notre performance à tous les niveaux. » A la suite, les élus présents - Marie-Pierre Mouton, Nicolas Daragon, Célia de Lavergne - ont salué les efforts réalisés par BRD et souligné les aides que le Département et la Région peuvent apporter à la filière avicole drômoise. Le préfet, Hugues Moutouh, a insisté sur la nécessité de valoriser le secteur de l'élevage dont le travail est souvent dénigré. « Qui s'intéresse au bien-être des éleveurs ? », a-t-il interrogé en concluant que « les Français ont la chance de consommer des produits de qualité en totale confiance ».

Louisette Gouverne

De Bernard à BRD

Jean-Luc Alnet, directeur de BRD.
L'aventure entrepreneuriale de Marcel Bernard a commencé en 1967. En 1991, la société a ouvert son capital et choisi de « vendre le terroir ». Cette stratégie et ses activités d'abattage lui ont permis de racheter Royal Dauphiné pour devenir Bernard Royal Dauphiné en 2000. Puis, le groupe a été racheté par Gastronome (coopérative d'Ancenis) et s'est implanté à Grâne (Drôme). Cette fusion-absorption a concerné l'abattoir de Pisançon après le dépôt de bilan du groupe Bourgoin. Bernard Royal Dauphiné est devenu partie intégrante de Galliance, pôle volaille de la coopérative Terrena, lorsque les activités de Gastronome y ont été incluses.
Croissance en vue
BRD emploie 280 salariés dans la Drôme, dont 180 à Grâne (abattoir et atelier de découpe). 20 emplois ont été créés en 2018.
En 2019, l'atelier de découpe agrandi et automatisé du site de Grâne traite entre 170 et 250 000 volailles par semaine. En 2021, l'objectif est fixé à 350 000 volailles par semaine. Cette année, BRD doit commercialiser 17 000 tonnes de produits, contre 12 000 en 2017, une progression qui doit se traduire par une évolution du chiffre d'affaires de 54 à 65 millions d'euros.
BRD vend 80 % de sa production à la grande distribution et 20 % à la restauration hors foyer sur une zone de chalandise Lyon-Perpignan-Monaco avec ses 22 millions de consommateurs entre avril et septembre. La marque principale est Royal Bernard, Le poulet de ma région. Les produits Royal halal représentent près de 25 % de la production de BRD.
L.G.

 

Passage de témoin /

Olivier Chaillou, président de Terrena, et Dominique Grasset, éleveur du Maine et Loire actuellement président de Galliance, pôle volaille de Terrena.
Le président de BRD, Jean-Yves Ménard, a saisi l'occasion de cette inauguration pour annoncer qu'il passait le témoin à un autre éleveur. Après vingt ans de présidence de cette entité, cet éleveur de volailles et de viande bovine dans la région d'Angers, référent « bien-être animal » à Coop de France, a présenté à l'assistance son successeur, Dominique Grasset, éleveur du Maine et Loire actuellement président de Galliance, pôle volaille de Terrena.