Publié le 26/03/2020 à 18:25 / Christophe Ledoux

Gels hydro-alcoolique

La principale substance active biocide utilisée pour la fabrication des gels hydro-alcooliques est l'alcool éthylique (ou éthanol). Avec 1,8 milliard de litres d'éthanol produits chaque année, la France est le premier producteur en Europe (25 % des volumes).

La principale substance active biocide utilisée pour la fabrication des gels hydro-alcooliques est l'alcool éthylique (ou éthanol). Avec 1,8 milliard de litres d'éthanol produits chaque année, la France est le premier producteur en Europe (25 % des volumes)...

La principale substance active biocide utilisée pour la fabrication des gels hydro-alcooliques est l'alcool éthylique (ou éthanol). Avec 1,8 milliard de litres d'éthanol produits chaque année, la France est le premier producteur en Europe (25 % des volumes). La production française de cet alcool agricole est issue de la biomasse cultivée localement telle que la betterave à sucre, le blé fourrager et le maïs. Le principal débouché (60 % de la production) est le bioéthanol pour les carburants en France. Les usages traditionnels de l'alcool (pharmacie-laboratoires, parfums-cosmétiques, boissons, vinaigre, industrie chimique, alcool à brûler etc.) représentent au total 40 % des débouchés.

L'utilisation d'alcool pour la fabrication des gels hydro-alcooliques représente habituellement moins de 1 % de la production française d'alcool agricole. Aujourd'hui, « la priorité pour les fabricants d'alcool agricole est de répondre à la très forte augmentation de la demande pour les gels hydro-alcooliques » indique la Collective du bioéthanol dans un communiqué. Les producteurs d'alcool font tout pour satisfaire la demande et les livraisons d'alcool destiné à la fabrication de ces gels ont ainsi déjà été multipliées par 3 en quelques semaines. « Toute une filière est donc mobilisée pour répondre à la demande, en priorité celle des hôpitaux, des EHPAD et des professionnels de santé, mais également celle des autres professionnels et des particuliers », conclut la Collective.