Publié le 10/08/2018 à 06:00 / Béatrice Dupin

AGRITOURISME

Afin de leur montrer au mieux le travail de l’agriculteur, plusieurs exploitants du Diois ont décidé, cet été, d’ouvrir leurs portes au grand public.

Un baptême d’apiculture pour cette famille.

Cet été, quatre exploitations du Diois ont décidé d'ouvrir leurs portes au grand public et partager leurs savoir-faire. Le domaine Maillefaud, à Barsac, prend part à cette dynamique. « C'est pour faire découvrir nos vins, transmettre notre passion. L'idée de faire toucher le produit me paraît très intéressante. L'agriculture a besoin d'images. Partager des moments privilégiés avec un public sur le domaine donne envie à ces personnes de devenir un peu des ambassadeurs de nos vins », observe Jean-Denis Maillefaud.

Des ateliers pédagogiques

À vrai dire, cet événement estival répond à plusieurs objectifs. Ce que confirme Céline Martin Jarrand, apicultrice à Die. « Les gens ont besoin de se reconnecter avec ce qu'ils mangent, ils arrivent aussi avec plein d'idées reçues. Cela nous permet également de valoriser ce que l'on fait et de développer la vente directe », indique-t-elle. Afin de leur montrer au mieux le travail de l'agriculteur, des ateliers pédagogiques sont organisés dans chaque exploitation. « À l'Abeille du Vercors, nous avons un rucher pédagogique dédié. Nous allons ouvrir une ruche, observer les abeilles, etc. Nous avons d'ailleurs investi dans une flopée de combinaisons. Il y a aussi des jeux autour de la dégustation du miel », précise-t-elle aussi. Des animations qui sont payantes. « Il s'agit d'une démarche pédagogique de qualité, mais cela reste abordable », note encore l'apicultrice.

Des instants conviviaux

À la Distillerie des quatre vallées, à Chamaloc, le visiteur peut récolter de la lavande à la faucille et même participer à une distillation à l'ancienne. La Ferme de la Tournelle propose, quant à elle, d'apprendre à mouler une faisselle. Dans ces deux cas, le visiteur repart avec le fruit de son travail. Au domaine Maillefaud, seules des visites sont organisées. L'exception. Pour autant, la mise en place d'un atelier lors d'une prochaine saison est envisagée. « Ce n'est pas encore défini. Il pourrait être large et varié comme notre travail au quotidien : un atelier d'assemblage au moment des vinifications ou plus axé sur l'apprentissage de la dégustation », précise encore Jean-Denis Maillefaud. Ce dont il est sûr, c'est qu'il faut surtout que ces instants restent conviviaux.
Cette première édition est en tout cas un test. Un bilan sera réalisé à l'automne. Quoiqu'il en soit, l'opération vise à montrer toutes les productions du Diois. D'autres agriculteurs pourraient ainsi rejoindre le mouvement. 
A. T.

Mots clés : AGRITOURISME DIOIS ATELIERS PÉDAGOGIQUES