Publié le 05/07/2018 à 06:00 / Béatrice Dupin

Interprofession

A l’assemblée générale de l’Afidol, l’accent a été mis sur la nécessité de renforer le lien producteurs-transformateurs, d’améliorer la productivité des oliveraies et de développer une vraie politique commerciale.

L’engagement d’Olivier Nasles  au service de l’huile et de l’olive française a été salué par l’ensemble des familles de la filière.

L'Afidol, association interprofessionnelle de l'olive, s'est réunie en assemblée générale le 22 juin à Aix-en-Provence. Dans son rapport moral, son président, Olivier Nasles, a mis en perspective l'évolution et les difficultés traversées par la filière oléicole française au cours de ces vingt dernières années, dans un contexte climatique, économique et sociétal en pleine mutation. Souhaitant une prise de conscience collective, il a entre autres évoqué la nécessité d'une professionnalisation de la filière en renforçant notamment le lien entre producteurs et transformateurs. Mais aussi en rappelant l'importance cruciale d'une amélioration de la productivité des vergers. Et, enfin, en développant une vraie politique de commercialisation.

Communication

Côtés activités 2017, avec l'appui financier de ses partenaires, le service communication de l'Afidol a mis en œuvre des actions visant à promouvoir la spécificité des huiles d'olive et olives de France tant au niveau national que régional. La participation à des salons professionnels tels que le Sirha (salon international de la restauration, de l'hôtellerie et de l'alimentation, à Lyon) ou le salon « Découverte en Vallée du Rhône » est un moyen de sensibiliser le public. La création et la publication d'une trentaine de nouvelles recettes et l'affichage des huiles d'olives et olives de France dans différents supports média tout au long de l'année ont accru leur notoriété auprès d'un public « gourmet et avide d'informations ». Enfin, le site web huiles-et-olives.fr reste un outil essentiel de communication pour mettre en avant l'actualité de la filière mais aussi apporter des informations sur les produits.

Actions techniques

Dans le domaine technique, « mieux informer pour mieux prévenir » et « former pour préparer l'avenir » ont été les thèmes de prédilection de l'Afidol pour le choix des actions menées en 2017 par le biais du centre technique de l'olivier (CTO). Celles-ci ont entre autres porté sur le soutien et l'assistance aux professionnels au travers d'un renforcement de l'information technique et d'une optimisation des circuits d'information. Plusieurs actions visant à améliorer la qualité des huiles ont été poursuivies : audits techniques dans les moulins, initiations qualité, formation des jurys de dégustation, programme « DLUO » (pour une meilleure connaissance de la capacité de l'huile à se conserver grâce à un suivi sur deux ans de la vie de l'huile dans son conditionnement commercial).

Economie et réglementation

Le service économie et réglementation, lui, a poursuivi sa veille, ses actions sur le suivi et la connaissance des marchés en 2017. Et aussi son assistance aux professionnels dans les domaines techniques et réglementaires. Cette année a été marquée par l'aboutissement d'un dossier vieux de dix ans, conduit par Jean-François Margier. à savoir les nouvelles règles applicables en matière d'ICPE (installations classées pour l'environnement) pour les moulins, reconnaissant le faible risque qu'ils représentent pour l'environnement en ne les soumettant plus à autorisation. Enfin, le service poursuit le suivi des différentes actions menées par le groupe export Grande-Bretagne, constitué en 2014 avec le soutien du CNPA (centre national pour la promotion des produits agricoles et alimentaires).

Un engagement salué

Comme il l'avait annoncé voici trois ans, Olivier Nasles ne s'est pas représenté à la présidence de l'interprofession. En conclusion d'assemblée générale, il a rappelé que son départ n'était pas guidé par la lassitude mais par la nécessité de renouvellement pour le bien de la filière. « Savoir transmettre, a-t-il déclaré, est une valeur forte que trop souvent les présidents oublient, pensant que leur titre leur confère un pouvoir perpétuel. J'ai passé douze belles années à la tête de cette filière que j'aime passionnément et en laquelle je crois profondément. Je quitte la présidence mais je n'en resterai pas moins un administrateur engagé sur lequel le prochain président, s'il le souhaite, pourra s'appuyer. » Son engagement au service de l'huile et de l'olive française a été salué par l'ensemble des familles de la filière. 

Mots clés : AFIDOL FILIÈRE OLÉICOLE