Publié le 20/05/2018 à 06:00 / Béatrice Dupin

CHASSE

Championne de France 2017 des rencontres Saint-Hubert, Sandrine Rix, drômoise d’origine, participera à l’automne aux championnats du Monde de chiens d’arrêt en Espagne. Rencontre avec une chasseresse passionnée.

La Drômoise Sandrine Rix participera aux championnats du Monde de chiens d’arrêt

Au début des années 2000, Sandrine était loin de se douter qu'une sortie entre copines allait faire naître en elle une véritable passion : « J'aime bien être dehors quand il fait mauvais (rires). Ce jour-là, j'ai accompagné une copine à la chasse et le travail du chien m'a immédiatement séduite. D'ailleurs, j'ai eu mon premier chien, Brutus Sacapus, avant mon premier fusil », raconte-t-elle. Depuis, la jeune femme n'a plus quitté cet environnement-là et prend plaisir à battre la campagne de la Drôme des Collines. Elle partage d'ailleurs cette passion avec son mari, qui, lui non plus, n'a jamais pensé à chasser sans la présence d'un chien. « Je suis venue à la chasse par le chien. C'est pour moi un art de vivre, tous les jours de l'année, qui procure du bien-être, explique-t-elle. Même s'il s'agit d'un loisir très réglementé, j'aime cette activité de plein air hors des sentiers battus et loin de la foule, à prospecter la campagne en observant le travail du chien, à guetter une indication de la présence du gibier. »

Une révélation

Au-delà des simples promenades dans la campagne, Sandrine Rix prend plaisir à participer à diverses compétitions, elle qui avait pourtant été inscrite à l'insu de son plein gré, par son mari, à son tout premier concours, une épreuve de chasse au petit gibier. « Je n'osais pas m'inscrire car je ne pensais pas être à la hauteur, confie-t-elle. Finalement, j'ai fini troisième lors de ma première participation, ce qui m'a encouragé à faire mieux... »
La jeune femme a alors une révélation lors de ce concours Saint-Hubert : « Ces rencontres m'ont permis de m'apercevoir que j'avais une chienne exceptionnelle, tant pour son flair que pour son instinct de chasse. Cela m'a incité à me perfectionner pour être à la hauteur de ses qualités naturelles. » Malheureusement, il a fallu composer avec la maladie de sa griffonne puis sa disparition. C'est donc avec une nouvelle recrue qu'elle a participé à ses septièmes championnats de France début janvier dans l'Aisne : « Nous sommes passées en dernière position. J'avais la pression mais Jolie a été la seule à trouver un faisan et l'arrêter. »

L'importance des conditions climatiques

Honorées du titre de championnes de France, c'est désormais un tout autre obstacle qui attend Sandrine et sa chienne Jolie : les championnats du Monde en Espagne en septembre prochain. « Je l'appréhende avec un peu d'inquiétude. La chienne est de race Griffon Korthals, plus à l'aise avec les hivers canadiens qu'avec les automnes ibériques. » Un détail qui peut avoir son importance dans une compétition de ce type : « un chien étouffé par la chaleur a un flair moins puissant... », précise-t-elle. Malgré tout, la Drômoise ne se laissera pas crouler sous la pression : « C'est une très grande fierté. Avec Jolie, nous sommes la Drôme Team ! Nous nous déplacerons avec un esprit de victoire. » Pour gagner, Sandrine Rix connait la recette : « Il faut que le chien ait de grandes qualités naturelles, qu'il soit bien dressé et bien conduit, et surtout qu'il ne fasse qu'un avec son propriétaire. Ce qui me plaît dans cette épreuve, c'est de voir comment le chien se prend au jeu : le stress de l'attente, la pression qui monte, etc... » Il ne fait pas de doute que la chasseresse a lié une relation intense avec sa chienne et espère partager encore de nouvelles émotions ! 
Amandine Priolet

 

Association drômoise d’utilisation de chiens de chasse /
Sandrine Rix est également investie dans l’Association drômoise d’utilisation de chiens de chasse (Aducc), en tant que secrétaire. L’objectif de l’association est d’apprendre les bons gestes aux propriétaires de chiens de chasse pour qu’ils puissent éduquer, développer les instincts et chasser en parfaite adéquation avec leur(s) auxiliaire(s) à quatre pattes : pour cela, les membres de l’Aducc proposent des séances d’entraînements hebdomadaires au cours desquelles le propriétaire, accompagné de son chien, reçoit des conseils.
Renseignements : http://aducc.e-monsite.com/


CHIENS DE PIED / Deuxième du concours de chiens de pied organisé par la Fédération des associations de chasseurs aux chiens courants de l’Ain, la Drômoise Chloé Randon, à seulement douze ans, a un bel avenir devant elle.

Chloé Randon, graine de championne

Elle n’a que douze ans et est l’une des plus jeunes conductrices de la Fédération des associations de chasseurs aux chiens courants (Faccc) Drôme-Ardèche. Elle, c’est Chloé Randon, élève de cinquième, qui, une fois les devoirs terminés, s’adonne à cette passion peu commune. Pour comprendre comment elle en est arrivée là, rien de plus simple. Chloé a baigné dans l’univers de la chasse depuis toute petite, par le biais de ses parents, grands-parents, arrières grands-parents, oncles, etc… Une histoire de famille donc. Mais la jeune fille n’a pas encore l’âge requis pour chasser, fusil en main. Malory Randon, sa maman, explique : « Elle voudrait grandir plus vite (rires). En attendant, elle apprend à maîtriser les chiens et nous accompagne dans le dressage ». Chloé, qui se destine à devenir vétérinaire, a toujours été attirée par les chiens. Très complice avec ses animaux - la famille a quatre chiens -, la jeune habitante de Saint-Thomas en Royans, au pied du Vercors, prend plaisir à évoluer en même temps qu’eux.
Une découverte
Début avril, Chloé et Naya, son jeune Gascon Saintongeois de dix mois, se sont rendus à Ambronay dans l’Ain pour participer au concours de chiens de pied de la Faccc 01. « Ce concours m’intéressait pour savoir le niveau que nous avions, mon chien et moi. C’était comme un défi ». Sa maman avoue : « Nous n’avions jamais fait de concours dans la famille. Nous y sommes allés par curiosité, pour découvrir ». Sur place, le programme est riche : présentation notée du maître et de son chien, épreuve écrite sur les connaissances du gibier et du chien, épreuve pratique de chien de pied, remontée de pistes chronométrées, etc. Mais cela n’a pas perturbé la seule fille et le plus jeune chien du concours, le duo Chloé-Naya finissant deuxième. « C’était une belle surprise. Je ne m’y attendais vraiment pas. Maintenant, j’aimerai bien recommencer et pouvoir aller plus loin », raconte la future chasseresse, qui regrette qu’il n’y ait pas de concours de ce type dans le département de la Drôme. Quoi qu’il en soit, c’est une famille fière qui encouragera désormais Chloé lors de ses futures compétitions. Car l’histoire ne fait que commencer… 

Amandine Priolet


 

Mots clés : CHASSE SANDRINE RIX CHAMPIONATS DU MONDE DE CHIENS D'ARRÊT CHIENS DE PIEDS ADUCC