Publié le 24/12/2017 à 06:00 / Béatrice Dupin

Traditions

D’un pays européen à l’autre, les traditions de Noël varient tout comme les plats de fête. Si le repas du 24 décembre est léger à l’Est de l’Europe, , ce n’est pas le cas pour les pays latins où l’abondance des menus de fête fait pâlir les convives les plus sensibles. Partons à la découverte des traditions lors des fêtes de fin d’année des pays voisins.

Les biscuits à la poudre d’amande et à la cannelle appelés polvorones sont confectionnés en Espagne pour les fêtes de fin d’année.

Il y a de multiples façons de fêter Noël et le Jour de l'an à travers l'Europe. En France, cette fête religieuse liée à la naissance de Jésus-Christ est aujourd'hui aussi bien célébrée chez les chrétiens que chez les athées. C'est l'occasion de partager un bon repas en famille, et de plus en plus entre amis. En France, le 24 au soir et le 25 décembre à midi sont les deux temps forts de ces festivités avec au menu d'un repas traditionnel des huîtres, du foie gras, une volaille rôtie, une pièce de viande ou un poisson, du fromage et une bûche de Noël. Dans les autres pays, les traditions sont parfois très différentes.

La carpe rôtie est un plat traditionnel dans la région de Francfort.

Au pays du sapin de Noël

C'est d'Allemagne qu'est partie la tradition d'installer un sapin de Noël durant l'Avent, attestée à partir du XVe siècle, dès le premier dimanche du mois de décembre. Comme dans beaucoup de pays de l'est de l'Europe, les festivités de fin d'année commencent réellement le 6 décembre, jour de la Saint-Nicolas où le saint homme et le Père Fouettard déambulent dans les rues, récompensant ou punissant les enfants. Dès le début décembre, des marchés de Noël s'installent sur les places des villes allemandes avec leurs guirlandes lumineuses et leurs douces senteurs de pain d'épice, de vin chaud à la cannelle et de bretzels juste cuits. Les festivités de la « die christnacht » ou nuit du Christ restent marquées par la double influence païenne et chrétienne. Les pâtisseries allemandes s'en inspirent d'ailleurs fortement. On retrouve ainsi des pains de Noël avec leurs fruits confits sous toutes les formes, d'animaux fantastiques en passant par des astres, des représentations de saints ou d'objets plus modernes. Noël se fête le 24 décembre au soir, l'après-midi de ce jour-là étant férié en Allemagne. Traditionnellement, le dîner est assez simple et à base de produits régionaux. Dans la région de Francfort, les truites ou les carpes sont très présentes. Et en Basse-Bavière, des saucisses sont accompagnées de choucroute. Ce repas doit rappeler les circonstances misérables de la naissance de l'enfant Jésus. Après les chants de Noël, les Allemands mangent des petits sablés aux formes diverses (sapins, étoiles, animaux, etc.), parfumés d'épices (cannelle, anis, cardamome, clou de girofle) et boivent du vin chaud. Le lendemain, le repas est généralement plus copieux et débute avec du saumon fumé, des crustacés ou un bouillon aux quenelles de foies de volaille par exemple. Le plat principal est le plus souvent une oie rôtie ou farcie accompagnée de légumes. Le repas se termine avec un gâteau de Noël, sorte de cake très dense aux fruits secs et confits recouvert de sucre glace.

Les gâteaux de Noël allemands sont riches et denses, garnis de fruits secs et confits.

De Babbo Natale à Befana

En Italie, les fêtes de Noël sont assez différentes entre les régions. Dans le Nord, c'est le Père Noël, « Babbo Natale » ou le petit Jésus « Gesu bambino » qui distribue les cadeaux le 25 décembre. Ailleurs, cela peut être Sainte-Lucie le 13 décembre ou la sorcière Befana le 6 janvier. La Befana est une figure du folklore italien issue d'une déformation du mot « epifania ». La légende dit que la Befana passe dans chaque maison la nuit précédant l'Épiphanie. Pour ceux ayant été bons et gentils au long de l'année, la Befana dépose dans leur chaussette des caramels ou des chocolats. En revanche, pour ceux qui n'ont pas été gentils, elle remplit les chaussettes de charbon. Les traditions culinaires et festives varient considérablement d'une ville à l'autre en Italie. L'un des points communs est l'abondance de plats. En simplifiant, on peut distinguer les traditions de l'Italie du Nord et celles du Sud. Dans le septentrion, le repas se divise entre les entrées de tartines nappées de poisson, de charcuterie ou de fromage, d'un antipasti souvent à base de pâtes comme les tortellinis fourrés à la viande ou de lasagnes. Ensuite, le grand classique du Nord est le rôti de veau accompagné de pommes de terre au four. L'Italie se réunit autour du dessert où le panettone est roi. Nature, truffé de raisins secs, fourré à la crème de mascarpone ou au chocolat, tout est bon ! Dans le Sud, le poisson est plus présent en antipasti avec des pâtes, qui sont toujours là, à l'image des spaghetti alle vongole
(palourde). En plat principal, le poisson est aussi privilégié : bar en croûte ou gratin de noix de Saint-Jacques par exemple. En dessert, outre le panettone, chaque région a les siens comme les célèbres struffoli napolitains, petites boules frites et enrobés de miels et de petits bonbons colorés. Comme dans d'autres pays d'Europe, les lentilles sont souvent au menu du dernier repas de l'année, le 31 décembre, car elles symbolisent la richesse et la prospérité, le tout accompagné d'un cotechino (saucisse cuite).

La Befana est une sorcière qui joue le rôle du Père Noël et du Père Fouettard en Italie début janvier.

Les rois mages supplantent le Père Noël

En Espagne, les rois mages font de la résistance. C'est le seul pays latin où le Père Noël ne s'est pas encore imposé majoritairement. Les fêtes commencent dès le 8 décembre avec le jour férié de l'Immaculée conception. La crèche revêt une importance particulière que l'on trouve dans les petites et grandes villes ou à l'entrée des maisons. Durant la nuit de Noël, beaucoup de petites villes organisent des crèches vivantes avec des acteurs/actrices et de vrais animaux. On peut encore entendre des enfants chanter dans les rues des petites villes des
villancicos, afin de demander le cadeau de Noël. Certains habitants leur donnent alors de l'argent ou des sucreries. À table, le 24 décembre au soir, les Espagnols fêtent la nochebuena. Parmi les plats typiques, on retrouve le rôti de porc et d'agneau, la dinde truffée et la dorade au bord des côtes. Les desserts sont le turrón, les figuras de mazapán (figurines en pâte d'amande) et les polvorones (biscuits à la poudre d'amande et à la cannelle). Le tout est accompagné de cava, un vin blanc espagnol effervescent. Après ce dîner, beaucoup d'Espagnols se rendent à minuit à la messe du coq (misa del gallo), appelée ainsi parce que le coq est considéré comme le premier annonciateur de la naissance de Jésus. Parmi les traditions spécifiques à l'Espagne, citons le fait de manger douze raisins aux douze coups de minuit lors du réveillon du Jour de l'an afin de porter chance. Les fêtes se terminent le 6 janvier avec l'arrivée des rois mages qui apportent les cadeaux aux enfants, même si le 25 décembre, le Père Noël en apporte aussi parfois.

Le panettone est une brioche italienne légère garnie de raisins et d’amandes et saupoudrée de sucre glace, très présent à Noël.

Noël à la bière

Chez nos cousins Belges, les fêtes de Noël durent tout le mois de décembre jusqu'au Nouvel an. Depuis le début du XIXe siècle, la tradition des cuvées de bière spéciale pour Noël se perpétue, permettant aux petites et moyennes brasseries de se faire remarquer. À la différence des bières traditionnelles, les bières de Noël sont généralement plus foncées et alcoolisées. La boisson nationale accompagne le repas de Noël. Au menu de ce dernier, on retrouve très souvent du gibier ou le boudin de Noël farci au chou, appelé « tripes à l'djotte ». Dans le sud des Ardennes belges, il est de coutume de manger le pâté Gaumais qui est une tarte à la viande de porc mariné dans du vin avec des épices et des herbes. Parmi les desserts traditionnels belges pour Noël, on trouve la boukète, une crêpe garnie de pommes ou de raisins, frite au beurre et servie saupoudrée de sucre ou le cougnou, un pain brioché pouvant aller jusqu'à 80 cm de long, orné d'une petite figurine en craie que les enfants se disputent. Les spéculoos (biscuit à la cassonade et à la cannelle), le massepain (pâte d'amande) et la bûche fourrée de pâte aux noisettes et nappée de mousse au chocolat sont également des classiques belges. Au réveillon du Nouvel an, dans les régions de l'Est de la Belgique, proche de l'Allemagne, la choucroute reste un choix traditionnel. 
C. P.

Une table espagnole de Noël ne se passe pas de turrón.

Mots clés : PLATS PRÉPARÉS FESTIVITES NOËL TRADITIONS EUROPÉENNES