Publié le 27/07/2017 à 06:00 / Béatrice Dupin

Ppam

Contre le dépérissement des lavanderaies, des agriculteurs testent des techniques de lutte alternative. Et des groupes d'agriculteurs se mettent en place.

Parcelle de lavandes (Rapido, col de Riouze et 13/12) exploitée par le Gaec des 4 vallées, à Chamaloc, conduite en combinant les différentes méthodes de lutte contre le dépérissement.

Un rendez vous « Bout de champ », organisé le 28 juin par la chambre d'agriculture de la Drôme, s'est déroulée sur l'exploitation du Gaec des quatre vallées, à Chamaloc. Malgré des conditions climatiques peu favorables à une rencontre sur le terrain, six agriculteurs se sont réunis pour échanger sur les différentes méthodes de lutte contre le dépérissement de la lavande. Les discussions ont pu être illustrées par une parcelle vitrine combinant différentes méthodes de lutte alternative.

Des plants sains certifiés

L'utilisation de plants sains est la première méthode de lutte. Elle permet lors de la plantation de s'assurer que les plants ne sont pas déjà porteurs du phytoplasme du stolbur, agent responsable du dépérissement.

Traitement à l'argile kaolinite

Il permet de créer une barrière physique, diminuant l'impact de la cicadelle Hyalesthes obsoletus, insecte responsable de la transmission du phytoplasme. Le traitement à l'aide d'une rampe frontale munie de kits trois buses permet une bonne couverture des rangs de lavandes et lavandins (kits Teejet). L'application, à faire en juin avant l'émergence des cicadelles, est à renouveler une à deux fois dans l'été, selon le cumul des pluies. « Il faut veiller à utiliser un pulvérisateur muni d'une pompe à membrane (et non pas à piston), pré-mélanger l'argile dans un seau d'eau en utilisant un malaxeur à peinture et maintenir en permanence l'agitation, explique Maxime Méjean, agriculteur à Chamaloc. En respectant ces consignes, il n'y a pas de problème pour appliquer l'argile. »

Rampe de traitement localisé équipée de kit

Enherbement des inter-rangs

Différents essais ont montré l'efficacité de l'enherbement de l'inter-rang pour diminuer le dépérissement des lavanderaies et donc en augmenter la durée de production. En plus de cet effet, l'enherbement agit sur la portance du sol, la diminution de l'érosion, la biodiversité entomologique, ou la qualité du sol.
La parcelle présentée a été enherbée au printemps 2015 avec un mélange de graminées conçu pour la viticulture (60 % fétuque rouge gazonnante et 40 % ray-grass anglais gazonnant semé à 30kg/ha). Après différents essais, producteur et techniciens insistent sur le choix de la largeur d'enherbement « Pour avoir la meilleure portance et limiter la concurrence avec la culture, la largeur idéale est celle des pneumatiques du tracteur. Et cette largeur doit être appliquée dès les premières années car il n'est pas facile de réduire la largeur d'enherbement lorsque le couvert est implanté. »
Afin de tenir compte des conditions pédoclimatiques de chaque région, il est important d'essayer différents couverts. Prochainement, chez différents agriculteurs volontaires, seront testés l'implantation de céréales mais aussi de couverts permanents ou de couverts d'hiver en couverts d'inter-rangs.
L'enherbement est maîtrisé par des broyages. Le matériel utilisé est spécifique car aucun constructeur ne propose ce type d'équipement. « Un broyeur hydraulique monté à l'avant du tracteur peut être une très bonne solution pour ne pas coucher les graminées avant broyage, explique un exploitant, qui utilise un broyeur double rang construit pour l'Ardema* mais monté à l'arrière du tracteur. Néanmoins il faut veiller à ce que la puissance hydraulique du tracteur le permette. » Le rang est quant à lui biné grâce à une bineuse guidée additionnée de doigts « Kress ». Différents modèles en autoconstruction existent pour l'entretien du rang ou de l'inter-rang des lavanderaies enherbées. Devant ces interrogations, la chambre d'agriculture envisage de proposer des formations « autoconstruction de matériel » au printemps 2018.

Kevin Debregeas, conseiller chambre d'agriculture
* Ardema : association de recherche et de développement en montagne aride.

 

Le 21 septembre / Conférence sur les couverts d'inter-rang
Pour aller plus loin sur le thème des couverts d'inter-rang en Ppam, une conférence se tiendra lors du salon Tech&Bio, le 21 septembre à 11 h 15. Sera présenté un état des lieux des différentes expérimentations et programmes sur ce thème avec les interventions du Crieppam et de l'Iteipmai ainsi qu'un témoignage de Ludovic Estran, producteur ayant mis en place des couverts sur son exploitation, et qui a auto-construit un broyeur monté sur relevage avant. 

 

Accompagnement / La chambre d'agriculture propose d'accompagner tous les projets de mise en place de techniques alternatives en lavanderaies.

Programme Recital : deux groupes d'agriculteurs en Drôme

Cette réunion « Bout de champ » fait partie des animations menées par la chambre d'agriculture de la Drôme dans le cadre du programme Récital (réponse aux évolutions climatiques par l'innovation et les techniques alternatives en lavanderaie), programme Casdar(1) financé par le ministère de l'Agriculture. Ce programme multipartenarial (Iteipmai(2), Crieppam(3), Inra(4), chambres d'agriculture et lycée horticole de Romans) vise à tester la résistance aux changements climatiques des lavanderaies ainsi que la lutte contre le dépérissement des lavandes et lavandins. Dans ce cadre, la chambre d'agriculture propose d'accompagner tous les projets de mise en place de techniques alternatives en lavanderaies par la constitution de deux groupes d'agriculteurs : Diois - Vallée de la Drôme d'une part, Sud-Drôme - Vallée du Rhône d'autre part. Cet accompagnement permet à la fois d'être guidé et donc de tester ces techniques dans un cadre sécurisé mais également d'être informé des différentes expérimentations réalisées dans ce domaine, que ce soit chez d'autres producteurs ou dans les instituts techniques.
En parallèle à la constitution de ces groupes, des parcelles vitrines ont été mises en place (à Chamaloc et à Réauville). Elles permettent de réaliser des démonstrations de pratiques et de matériels tout en servant à l’acquisition de références technico-économiques. En effet, il est important de connaître l'impact économique de ces changements de pratiques.
Si vous souhaitez rejoindre un groupe d'agriculteurs ou avoir plus d'informations, vous pouvez contacter Kévin Debregeas, conseiller grandes cultures et Ppam à la chambre d'agriculture de la Drôme (mail : kevin.debregeas@drome.chambagri.fr - tél : 06 84 27 08 82). 
(1) Casdar : compte d'affectation spéciale développement agricole et rural.
(2) Iteipmai : institut technique interprofessionnel des plantes à parfums, médicinales et aromatiques.
(3) Crieppam : centre régionalisé interprofessionnel d'expérimentation en plantes à parfum aromatiques et médicinales.
(4) Inra : institut national de la recherche agronomique.

 

Lutte contre la cicadelle /
Un réseau de piégeage
Lors de cette réunion, Cédric Yvin, conseiller spécialisé Ppam à la chambre d'agriculture, a rappelé le suivi réalisé pour connaître la dynamique des populations d'insectes ravageur grâce à un réseau de piégeage mis en place sur les différentes zones de productions par les chambres d'agriculture et les instituts techniques. Ce suivi permet de connaître les dates d'émergence et les effectifs annuels des Hyalesthes obsoletus. 

Mots clés : DÉPERISSEMENT LAVANDE TRAITEMENT KAOLINITE PROGRAMME RECITAL