Publié le 26/08/2016 à 06:00 / Annie Laurie

Viticulture drômoise

Le point sur l'état, en cette fin août, des vignobles de la Drôme septentrionale et méridionale ainsi que du Diois.

L'état des vignes à l'approche des vendanges

Nord-Drôme :

Pierre Combat et Thomas Gautier, respectivement vice-président de la chambre d'agriculture de la Drôme en charge de la viticulture et conseiller viticole, constatent une sortie de grappes correcte en côtes-du-rhône septentrionales (crozes-hermitage et hermitage). La grêle a cependant causé des dommages sur certains secteurs. Le départ en végétation de la vigne a été tardif cette année, les vendanges le seront aussi (les prélèvements pour analyses de maturité débuteront le 29 août contre le 19 en 2015). Sur le plan sanitaire, le temps humide au printemps et jusque tard dans la saison a favorisé le développement du mildiou. Néanmoins, depuis quelques semaines, les conditions climatiques sont meilleures, plus sèches et ventées. Si le beau temps persiste, il ne devrait pas y avoir trop de botrytis, estiment Pierre Combat et Thomas Gautier. Reste à espérer que la météo soit du côté des vignerons jusqu'aux vendanges. Si c'est le cas, la récolte 2016 devrait être « belle » en crozes-hermitage. En hermitage, le volume sera un peu plus restreint (grêle).

 

Diois :

Pour le cépage muscat (avec lequel est élaboré la clairette de Die), « on s'en est sorti. Globalement, la situation est correcte, explique Olivier Rey, viticulteur en bio et président de la Cave de Die Jaillance. En raison des pluies du mois de juin, la pression des maladies cryptogamiques a été forte, notamment du mildiou et surtout dans la basse vallée. La moyenne vallée s'en est mieux tirée car les vignes n'étaient pas au même stade végétatif. Avec de bonnes sorties de grappes au printemps, malgré quelques dégâts de grêle par ci par là et le mildiou, la récolte devrait être à peu près normale en quantité (60 hectolitres à l'hectare). « A un mois de juillet un peu arrosé a suivi un beau mois d'août, note Olivier Rey. Pour le moment, les raisins sont sains. Sans présager de ce qui se passera par la suite, on ne devrait pas craindre la pourriture. » Actuellement, les vignes sont à un stade végétatif d'une année normale (véraison au 15 août). En termes de maturité, le millésime ne sera ni précoce ni tardif. La date moyenne de début des vendanges devrait se situer autour du 15-20 septembre (soit une dizaine de jours plus tard qu'en 2015). Pour ce qui est des vignes cultivées en bio, « il a fallu redoubler de vigilance et traiter un peu plus que d'habitude, remarque Olivier Rey. Mais la récolte devrait aussi être correcte ».

 

Sud-Drôme :

En Drôme méridionale, « nous sommes passés au-dessus des problèmes sanitaires », indique Serge Roux, président du Cellier des Dauphins. Ont été observées quelques attaques de mildiou sur certaines parcelles mais peu de maladies dans l'ensemble. L'état sanitaire des vignes est très correct. La récolte s'annonce moyenne, surtout en grenache. Après une belle sortie de grappes, la floraison a été compliquée du fait des conditions climatiques d'alors. Sur certains secteurs, la coulure a été importante. « On prévoit une récolte moyenne mais correcte : peut-être égale ou légèrement inférieure à celle de 2015 », précise Serge Roux. Et les raisins devraient afficher un retard de maturité d'environ huit jours dans le sud du département. « La grande préoccupation actuelle, ajoute le président du Cellier des Dauphins, c'est la sécheresse sur certains secteurs. Des vignes commencent à sérieusement souffrir. »

 

Annie Laurie

 

 

 

Mots clés : VITICULTURE DRÔMOISE